La route du rhum à moins de 10 heures de l'arrivée

9 novembre 2010 - 02:29

Le record de Lionel LEMONCHOIS ne sera pas battu.

 

Le leader de la Route du Rhum, Franck Cammas, vit les heures les plus éprouvantes nerveusement de sa fantastique régate atlantique, confronté à des vents de sud très instables qui retardent à mardi matin son arrivée victorieuse à Pointe-à-Pitre. Heure d'arrivée estimée entre 11 heures et midi...

"L'air est très, très instable, ça va dans tous les sens", a déclaré Cammas lors d'une vacation radio. Et outre la menace d'une casse technique, "il y a encore beaucoup d'embûches sur la route".

"Il y a plus de dangers à mesure qu'on approche de la terre", a-t-il ajouté, évoquant notamment le risque de collision avec des bateaux de pêche.

Le skipper du grand (31,50 mètres) trimaran Groupama 3 a aussi souligné que laisser la Guadeloupe à babord (comme le stipulent les instructions de course) avec des vents de sud, ce ne sera pas facile.

Bref, a-t-il observé, "on ne pourra pas beaucoup dormir". Ces fins de course sont "assez fatigantes nerveusement. C'est toujours long: on a l'impression d'être arrivé et ce n'est pas le cas. C'est le moment d'être patient".

En toute logique, Cammas devrait remporter la 9e édition du Rhum, cette transat en solitaire créée en 1978 par le publicitaire français Michel Etevenon et courue tous les 4 ans.

Au pointage de 20 heures, il n'était plus qu'à 163,4 milles (263 km) de l'arrivée et devançait son concurrent immédiat, Thomas Coville (Sodebo), de 261,5 milles (419 km). Un retard quasi impossible à remonter. Sauf incident, on ne voit donc pas comment Coville pourrait venir souffler la victoire à Cammas.

Le troisième larron de cette folle cavalcade en tête du Rhum, Francis Joyon (IDEC), était positionné plus au sud et pourrait éventuellement ravir la 2e place à Coville. Mais rattraper Cammas semblait impossible.

Son retard sur Groupama -311 milles (500 km)- était conséquent. «Franchement, ça paraît difficile» de revenir, a-t-il reconnu à la radio, mais «pour Sodebo il reste un espoir».

Dans les autres classes, Roland Jourdain (Veolia Environnement) fait une course magnifique chez les monocoques de 60 pieds (18,28 mètres) IMOCA.

Jourdain garde jour après le jour le contrôle de cette flotte et peut entretenir l'espoir de remporter le Rhum dans sa classe. Comme en 2006.

Chez les Multi 50, des trimarans de 50 pieds (15,24 mètres), Yves Le Blevec (Actual) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!) figuent dans les classements mais leurs bateaux, victimes d'avaries graves, n'étaient plus en mode course. Ils seront dépassés dans les heures qui viennent par des concurrents comme Philippe Laperche (La mer révèle nos sens) et Lalou Roucayrol (Région Aquitaine - Port Médoc).

La classe 40, celle des monocoques d'une douzaine de mètres, est toujours animée par Thomas Ruyant (Destination Dunkerque), auteur d'une course superbe dans la série la plus nombreuse (44 inscrits au départ) et où la concurrence est acharnée.

Dans la cinquième et dernière catégorie, celle du Rhum, le monocoque de l'Italien Andrea Mura (Vento di Sardegna) et le petit multicoque du Français Charlie Capelle (Acapella) sont à la lutte pour la première place.

Article du journal Ouest-France

 

 

Voir également

Commentaires

Séniors JSVH / JSA et 7 27 jours
Séniors JSVH : nouveau joueur 28 jours
0-1
Séniors JSVH / Rapid Clud 29 jours
Séniors JSVH / Rapid Club : résumé du match 29 jours
Gaston Géran et 5 autres 1 mois
Séniors JSVH : nouvel encadrant 1 mois
Séniors JSVH / Rapid Club et Rapid Clud / Séniors JSVH 1 mois
Séniors JSVH et Séniors JSVH 1 mois
Séniors JSVH : nouveau joueur 1 mois
Nouveau CA 2 mois
Assemblée Générale Ordinaire 3 mois
Sénior : nouveau joueur 3 mois
COMMUNIQUE 4 mois
0-3
Etoile Filante / Sénior 4 mois
Etoile Filante / Sénior : résumé du match 4 mois

 COMMUNAUTÉ

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Entraîneur
  • 1 Joueur
  • 12 Supporters